Faire et défaire…

Un an de silence modélistique sur ce blog, quelle honte ! C’est l’aimable message d’un lecteur s’inquiétant que j’ai pu jeter l’éponge qui m’a réveillé. Il n’en est rien, pourtant : je poursuis mon exploration, pleine d’aventures, toutes plus excitantes les unes que les autres. 

La première va vous surprendre. Le nouveau réseau dont je vous parlais dans le précédent article n’est déjà plus ! J’ai à peine eu le temps de le terminer — grossièrement, il manquait les détails qui rendent vrai — qu’il est parti à la benne. Que s’est-il passé ? En le découvrant de sa bâche au printemps, je me suis rendu compte que tous les bâtiments avaient… rosi. Plus spécifiquement tous les parements, toutes les toitures. La faute probablement à l’humidité de mon grenier et peut-être à une encre pour imprimante de mauvaise qualité. Reprendre chaque bâtiment aurait représenté beaucoup de travail… Ajoutez à cela une motivation pour m’y attaquer toute relative, j’ai préféré tout jeter (en récupérant aiguillages, moteurs, etc., bien entendu). Pas de quoi me traumatiser, je vous rassure. Ce n’est sans doute pas le dernier de mes réseaux qui finira à la poubelle. 

Vue globale du réseau « terminé ». Plus de photos sur mon compte Instagram.

Après cela, un sympathique défi s’est présenté à moi : celui organisé par LR Presse à l’occasion de l’édition virtuelle (cause COVID) de Trainsmania. Passe ton train d’abord, que ça s’intitulait. Il fallait être un peu dingue pour y participer, les contraintes étant définies au fil des semaines par des sondages ouverts à tous sur le forum et Instagram. Un sacré boost pour la créativité, si l’on voulait respecter les règles du jeu ! Je me suis personnellement amusé comme un petit fou pour cette première expérience en H0e (échelle 1/87e en voie étroite de 9mm). Et pour couronner le tout, mon module — comme les seize autres — a eu les honneurs de la revue Voie Libre.

Quelques-une des contraintes définies par les internautes : une demi-feuille A4 dans la longueur pour la surface, plan de roulement à 10 cm au-dessus du bas du module, 4 bâtiments dont un commerce, 4 véhicules, 1 animal sauvage, 1 obstacle à traverser qui ne soit pas un bâtiment, de l’eau vive, une animation, j’en oublie certainement !

Après cela, j’ai eu envie de recommencer quelque chose en HO voie normale, parce que cela m’ennuyait de ne plus rien avoir pour faire rouler mon matériel à cette échelle. La Goutte est un projet sur le long terme, d’autant plus que le SNCF n’est pas ce qui me passionne le plus (même si c’est bon pour la nostalgie). Je vous explique tout sur ce réseau dans cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=Us6railp3w8

Je n’ai guère avancé sur ce réseau depuis celle-ci, si ce n’est que j’ai réalisé le TCO et monté un premier kit.

Pour éviter les problèmes de décoloration du papier imprimé, j’ai décidé pour ce nouveau réseau d’utiliser des bâtiments issus de kits (que j’améliore néanmoins). Décision qui se révélera peut-être inutile, puisqu’il est prévu que je déménage et que le réseau sera alors dans une pièce chauffée. Heureusement que je n’avais pas acheté tous les kits !

Le dernier projet en date, sur le court terme celui-ci (j’aimerais l’avoir terminé début 2022), est un réseau H0e sous forme de défi et d’expérimentation. A l’origine de cette nouvelle idée, l’ovale de voie issu du coffret Roco à voie étroite que le Père Noël m’a apporté en 2020, et deux grands cartons reçus suite à des commandes dans des boutiques de modélisme. J’ai mis tout ça dans un shaker, et ça a donné “Au Val-de-Baze”, un simple réseau ovale sur une menuiserie en carton, avec quelques automatismes pour rendre ça rigolo. L’objectif principal est d’expérimenter un maximum de nouvelles techniques avant de m’attaquer à un projet plus ambitieux, toujours en H0e. J’ai déjà une petite idée sur la chose, pour tout vous dire.

“Au Val-de-Baze” en l’état actuel des travaux, mais cela devrait vite avancer maintenant.

En un an, c’est déjà pas mal, non ? D’autant qu’il faut ajouter à cela un module T-TRAK, quelques bâtiments pour le réseau du club, et un wagon-grue modélisé et imprimé en 3D (dont je vous reparlerai bientôt, promis). Et plus que la quantité, ce qui importe surtout, c’est que le voyage soit toujours aussi passionnant. Alors vivement la suite. Et vous, où en êtes-vous de vos projets ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.